Principal cтраница Principal cтраница
Principal cтраница
Principal cтраница
Principal cтраница

Principal cтраница
Principal cтраница Principal cтраница Principal cтраница Principal cтраница
Ravel Maurice / Maurice Ravel' (1875 - 1937)

Quand disent sur la musique française de notre siècle, appellent côte à côte deux noms : Klod Debjussi et Maurice Ravel'. C'est naturel, car, en effet, ces deux grands compositeurs ont défini les plus importantes tendances du développement de la vie française musicale de 80 ans de XIX siècle et jusqu'au milieu du siècle suivant, quand ont commencé à se manifester les nouvelles tendances à un fort degré engendrées par les discussions sur l'héritage de Debjussi et Ravelja, mais parfois et en forme de l'antithèse originale vers leur oeuvre.

Les tendances Antiromantiques si vivement exprimées dans la musique de Debjussi de l'étape centrale de sa voie, sous la forme encore plus aiguë se sont manifestées dans la musique de Ravelja.

Maurice Ravel' / Ravel Maurice un Grand maître des constructions graphiquement précises mélodiques (nous nous rappellerons le sujet de son Boléro génial!), le coloriste qui a créé les partitions rivaliser avec qui il est difficile à quelqu'un (nous nous rappellerons sa rapsodie Espagnole, le ballet "-р¶эшё et +ыю " "Н№урэъѕ" le poème chorégraphique "-рыіё"), Ravel' a introduit dans l'usage de la musique du XX siècle la langue harmonieuse, considérablement plus aigu, piquant, âpre, que celui par qui l'auteur "¤хыыхрёр et ¦хышчрэф№" a charmé la génération après la génération;.

En utilisant En maître la richesse fabuleuse des peintures savoureuses sonores, Ravel' avec la sévérité inconcevable condamne l'idée sur sensuel obol'shchenii par la musique. Même dans le Boléro, même à "Н№урэъх" inspiré listovskimi par les rapsodies, il ne cède pas à la tentation s'oublier, perdre le contrôle sur le mouvement de l'idée musicale et lui permettre de se soumettre aux ordres du coeur. Mais il y a alors ce miracle, quand la musique, indépendamment de la volonté de l'auteur, entre en contact avec les sentiments des auditeurs, apprend leur monde chaleureux et conduit pour lui-même, avec chaque pas en passionnant de plus en plus.

Un des investigateurs de la musique moderne française, l'auteur de la monographie fondamentale sur Debjussi - Stefan Jarotsinsky, affirme que ranger Ravelja la masse des musiciens-impressionnistes, non simplement l'erreur, mais l'erreur shkoljarskaja. Et il est difficile d'objecter néanmoins contre les signes évidents de l'influence de Debjussi à Ravelja non seulement à l'époque précoce de son oeuvre, mais même alors, quand à Ravel' "ё=ры sur эюуш" a créé beaucoup d'oeuvres de la haute perfection. La jeunesse musicale de Ravelja passait ces années-là, quand le nom de Debjussi et sa musique sont connu étaient à chacun, qui touchait quand même à l'art français.

Si Pouvait Ravel' passer devant un tel phénomène, comment Debjussi, et, étant plus jeune que celui-ci pour treize ans, ne pas répondre, non poddat'sja aux sortilèges de sa musique, mais, donc, et l'influence de l'esthétique impressionniste ? Nous nous rappellerons les étapes principales du devenir de la personnalité créatrice Ravelja.

Il est né le 7 mars 1875 dans une petite petite ville de Sibur, non loin de la frontière espagnole, dans la maison au boulevard de Nivell' rebaptisé le boulevard de Maurice Ravelja encore du vivant du compositeur. Le cas, de l'histoire de la musique le plus rare!

Le Père Ravelja - le Français, le né en Suisse, la mère - baska. Si Non Ravel' en a hérité l'amour de la musique espagnole, trouvant l'expression dans une série entière des compositions : de la vocalise modeste "+рсрэхЁр" jusqu'aux partitions symphoniques du Boléro, la rapsodie Espagnole et l'opéra "Ђёярэёъшщ ёрё"?

Il était déjà assez préparé à douze ans pour entrer à la classe primaire du conservatoire Parisien, mais à quatorze - devenir pleinement habilité "ё=ѕфхэ=юь".

Il est arrivé ainsi que dans les conservatoires Ravel' se trouve à "шёярэёъюх юъЁѕцхэшх" : son professeur de la composition - Charles Berio - l'admirateur passionné de l'art espagnol; l'ami plus proche Ravelja, le Catalan Rikardo Vin'es - le pianiste du talent immense, prêt par les jours naprolet jouer la musique de la patrie; les deux ils sont Ravel' et Vin'es - éprouvent la passion pour le compositeur E.Shabrie. Sous son influence apparaît une des pièces précoces de piano de Ravelja - la sérénade Grotesque (1893).

La Formation de la personnalité Ravelja passe dans le contact étroit avec la famille. Le père - l'ingénieur-inventeur - implante au fils l'amour des mathématiques et la technique (jusqu'à la fin de la vie de Ravel' se passionnera pour les jouets mécaniques et même les construire). L'ingénieur Ravel' aime et connaît la musique, la littérature, est lié avec les hommes de l'art. Lui l'habitué du café "-ют№х +¶шэ№" où l'atmosphère est saturée des disputes ardentes sur le théâtre, la peinture, la musique. Ici il introduit devjatnadtsatiletnego le fils et par cela souligne quoi que le droit de l'adolescent à l'indépendance ultérieure. Ici le père présente à Maurice Erick Satie, selon l'expression de Romena Rollana, "ёѕфръютр=№ь par Socrat français ьѕч№ъш".

Ravel' est moins exposé à l'influence des paradoxes de Satie, que ses contemporains cadets unis dans le groupe créateur "+хё=хЁър" mais les aphorismes fougueux, revêtus de la forme extraordinaire de Satie laissent la trace vive dans sa conscience. Le Français vrai élevé dans l'esprit du rationalisme par le père, l'admirateur de la philosophie de Dekarta, Ravel' déjà alors, dans les années de la jeunesse, arrive à la conviction que la maîtrise supérieure du peintre consiste en sélection rationnelle économe des moyens expressifs. Même dans les oeuvres précoces - la sérénade Grotesque, "…рыырфх sur la reine qui est morte de Щ¦стш" dans le menuet Antique - on remarque cette avarice typique pour Ravelja dans l'utilisation du document sonore : d'aucune note superflue, tout parfaitement en proportion.

L'Odyssée de la jeunesse créatrice de Ravelja est marquée par les tentations considérables, mais sa voie principale passe entre Stsilloj et Charybde, les influences d'Emmanuelja Shabrie et Erick Satie. Eux très différent - ascétiquement sévère, maladroit, indifférent à l'opinion et les goûts du public de Satie étant fier des scandales, provoqué par l'exécution de sa musique, et "уѕЩ ър яЁрчфэ№щ" assez souvent vulgaire, ne craignant pas les accusations dans la banalité de Shabrie, l'auteur le plus tendre "+ф№ ьѕч№ъх" les valses Romantiques et la pièce célèbre symphonique qui ont immortalisé son nom "¦ёярэі " à qui à côté des pages poétiques sonne exprès, est souligné "яю-яЁюё=хчъш" la musique exposée du marché espagnol, korridy, la scène perebranki kumushek près du puits etc.

Ravelju impose la libération des sortilèges vagnerianstva, arrivant jusqu'aux caricatures sarcastiques musicales de l'auteur "-юыічр" (Gabriel' Fore écrit le bibelot âcre "КХ=Ёрыюушёхёър  ърфЁшыі" Shabrie compose "¤рЁюфш¦ aux sujets aimés de "TЁшё=рэр") . Il n'adore pas Vagneru. Il est entraîné par une autre musique. Les cloches "…юЁшёр +юфѕэютр" ont réveillé l'intérêt de Ravelja pour les compositeurs russes; balakirevsky "Ђёырьхщ" a obligé à la nouvelle manière à interpréter les possibilités tembrovo-harmonieuses de la facture de piano, mais les Danses polovtsiennes de "ЂуюЁ " ébranlant lui comme la musique d'une autre planète, se sont reflétés beaucoup d'années après dans l'orgie des pirates du ballet "-р¶эшё et +ыю ". Mais le plus Ravelja étourdira "ПХ§хЁрчрфр" du Rimsky-Korsakov. Vers le sujet "ПХ§хЁрчрф№" Ravel' s'adresse plus d'une fois. Un temps il pensait de l'opéra sur ce sujet; on écrivait seulement l'ouverture qui a provoqué en temps et lieu critique absurde, faisant sensation du critique Pierre Lalo et par la suite Ravelja ne portant pas la musique. Voici que Lalo écrivait de l'ouverture, en distribuant en même temps "ъЁш=шёхёъшх юяыхѕ§ш" aux classiques : "‡ёыш M. Ravel' pense que son ouverture est construite par le plan classique, il faut reconnaître que M. Ravel' est doué d'une riche fantaisie. Sa manière de la lettre rappelle Griga, mais encore plus du Rimsky-Korsakov ou Balakirev - la même incohérence à la composition et dans les tonalités, mais ces lignes, assez étrange déjà près du modèle, sont poussées à l'absurde ѕёхэшъюь".

est lu plus loin >