Principal cтраница Principal cтраница
Principal cтраница
Principal cтраница
Principal cтраница

Principal cтраница
Principal cтраница Principal cтраница Principal cтраница Principal cтраница

Ravel Maurice / Maurice Ravel' (la partie II)

Dans un Lalo avait raison - dans la présence des influences "Ыѕёъшё=ют" et Griga. Vers "ПХ§хЁрчрфх" Ravel' viendra encore une fois et écrira le cycle vocal pa les vers de L.Lehlera. Dans trois parties du cycle ("Lчш " "-юы°хсэр  ¶ыхщ=р" et "рртэюфѕ°э№щ") est absent l'authenticité de folklore, prievshihsja des recettes "юЁшхэ=рышчьр" confinant à la banalité. C'est la musique recherché, quoi que poddavshajasja au charme de l'imaginaire, à travers la brume de qui apparaissent les contours obscurs des paysages et les poumons, comme dans le mirage des visions passant en coup de vent. On peut dire avec certitude qu' à vocal "ПХ§хЁрчрфѕ" on enlace les fils sonores rappelant la musique de Debjussi.

Pendant que la société parisienne s'est divisée en admirateurs et les adversaires "¤хыыхрёр et ¦хышчрэф№" Ravel' a adhéré inconditionnellement aux premiers. Il a remis certaines oeuvres symphoniques de Debjussi pour les pianos à 4 mains et disait constamment sur le confrère principal seulement avec l'admiration. Mais la voie élit néanmoins.

Avec le prix Romain il n'aurait pas de la chance catégoriquement. Plusieurs fois à lui "яхЁхсхурыш фюЁюуѕ" les gens du moyen talent. Pour la première fois au lieu de lui le prix était reçu par un certain A.Kaple, une deuxième fois - Eme Kuns, à troisième - L.Laparra (aucun de trois n'a pas laissé aucune trace dans la musique française). Pour ce moment-là (1902-1904) le nom de Ravelja était assez connu à musical et plus de grands nombres. La situation se formait la scandaleuse. Naturellement, apparaissait la question sur la compétence, sur l'objectivité du jury. La question sur Ravele s'est trouvée dans le sceau. Parmi les gens accusant les ordres du conservatoire et l'estimation injuste du compositeur éminent, Romen Rollan s'est produit. "-ё ър  la musique à côté de sa musique semble эхёютхЁ°хээющ" - était telle l'opinion de Rollana sur Ravele, un peu catégorique, mais sincèrement sincère.

"-хыю рртхы " a amené à la chute "ьѕч№ърыіэюую ърсшэх=р" de la France : le directeur du Conservatoire de T.Djubua était obligé de démissionner. Sa place était occupée par le compositeur Gabriel' Fore, le professeur Ravelja. Alors Ravel' a manifesté la susceptibilité typique pour lui et a refusé le prix Romain pour que ne pensent pas que le rôle décisif dans son attribution était joué par Fore. Et cela à l'époque où il était obligé de placer dans les journaux l'annonce avec la proposition de donner les leçons de la théorie musicale et pensait sérieusement à la réception de la place de l'employé dans un des bureaux de l'Inde hollandaise. Dans Paris vivre était n'a personne.

Ravel' était alors déjà l'auteur de la pièce ravissante de piano "ЂуЁр тюф№" le cycle de piano "+=Ёрцхэш " (comprenant de "-юёэ№§ ью=№Щіъют" "¤хёрыіэ№§ я=шч" "-юфъш à юъхрэх" "Л=Ёхээхщ les chansons °ѕ=р" "-юышэ№ чтюэют"), à "+=Ёрцхэш §" il est facile d'entendre l'influence de Debjussi, mais Debjussi des comparaisons plus courageuses, précises, n'évitant pas contrastées de la lumière et l'ombre; Debjussi, privé typique pour lui "Ёрё=ѕ°хтъш" des contours. "+=Ёрцхэш " plus près vers le graphique, que vers la peinture.

Une haute maîtrise marque le Quatuor (1902-1903), sur qui Ravel' travaillait longtemps, en traitant beaucoup de fois la partition. En craignant, quoi que les modifications ne se sont pas reflétées pernicieusement sur l'oeuvre, Debjussi dans la lettre chez Ravelju conjurait au nom de lui : "+= du nom des dieux de la musique et de lui-même je vous implore déjà de ne pas toucher personnellement de rien à ътрЁ=х=х". On Peut comprendre l'émotion de Debjussi - il s'agissait d'un des chef-d'oeuvres de la musique de chambre du XX siècle.

I partie du quatuor charme par le repos concentré. Elle est remplacée par la musique vivante impulsive de II partie faisant naître quelques associations de Borodino. Rarement, quand Ravel' permettait de se livrer au pouvoir la musique du caractère rêveur, zavorozhennosti ainsi que dans III partie du quatuor. Dans la finale il oblige les auditeurs à être transféré instantanément au monde, où l'énergie faisant rage et l'impulsion effacent les contours fragiles des poésie lyrique. Le quatuor le plus proche des traditions du romantisme l'oeuvre de Ravelja.

En 1908 sur la part de Ravelja est tombé le premier grand succès lié à l'exécution de la rapsodie Espagnole. Le succès est venu à la deuxième exécution. Une première fois "¦рыруѕІэі " (II partie) était sifflée, et en tout la Rapsodie n'a pas produit l'impression sur le public. La rapsodie comprend 4 parties : "¤Ёхы¦фш  vers эюёш" "¦рыруѕІэі " "+рсрэхЁр" et "¤Ёрчфэхё=тю". Pour "+рсрэхЁ№" Ravel' utilisait le sujet de la jeunesse (1895) la pièce de piano. La rapsodie espagnole est écrite sous l'influence évidente russe musical "шёярэшё=шъш" (la jota Aragonaise et, certes, le caprice Espagnol).

Voici le coloris d'orchestre, sur qui autrement, que "ётхЁър¦Ёшщ" tu ne diras pas. Règne Ici non seulement l'esclandre des peintures sonores entrant dans les combinaisons extraordinaires, règne ici le rythme - en acier et capricieux, changeant instantanément la direction, le dynamisme, l'ordre figuratif des flux sonores. La rapsodie - un des sommets de l'oeuvre de Ravelja.

L'opéra à un acte "Ђёярэёъшщ ёрё" deviendra l'étape Suivante; écrit selon le libretto le Franc-noena. Son sujet rappelle les intermèdes italiens de XVIII siècle. La femme de l'horloger Torkvemado - un beau Kontseps'on - veut se servir de l'absence du mari et flirter avec les admirateurs : par le muletier Ramiro, le poète Gonzal've et un vieux banquier, décidant popytat' du bonheur sur la carrière lyrique.

La confusion Gaie s'achève par ce que fatiguant du bavardage en vers du poète, les soupirs langoureux dénoncés d'un horaire étui, où s'est caché le banquier, Ramiro touché par la complaisance et ravi de sa force, Kontseps'on se délivre des cavaliers importuns et, étant resté en tête à tête avec Ramiro, lui offre les signes de l'attention. Arrive ardent "шёярэёъшщ ёрё".

L'Opéra avait du succès et est entrée dans le répertoire de plusieurs théâtres. Dix ans après dans la lettre chez l'ami - I.Godebskoj - Ravel' écrivait : "- août [1919] dans Covent Garden de Londres exécutaient "Ђёярэёъшщ ёрё"; les artistes sortaient saluer 17 fois. Selon les rappels des journaux, cela il y avait un plus grand succès pour dernier 30 ых=".

Ravel', la personne du charme immense, la simplicité soumettant, devient le centre d'attraction pour les hommes de lettres, les compositeurs, les peintres. À l'instar des soirs, installant par les amis de Schoubert et appelant "°ѕсхЁ=шрфрьш" chez les amis de Ravelja apparaissent original "Ёртхышрф№" où règne l'esprit du respect profond vers l'oeuvre, l'attention l'un à l'autre et la cordialité sincère des relations.

Quelque, apparemment, l'éraflure ne méritant pas la réaction sérieuse sous les relations de Ravelja et Debjussi a amené brusquement à la rupture justement puisque Ravelju étaient étrangers les relations indécises avec les gens spirituellement proches d'il.

Parmi les amis de Ravelja il y avait quelques Russes : Stravinsky, Diaghilev, Nizhinsky, Ida Rubinshtejn, Fokin. Notamment Fokinu appartient l'idée de la création du ballet au sujet antique. Avec ce projet il courait encore au séjour à Pétersbourg, mais, n'ayant pas rencontré la sympathie et le soutien du côté de la direction du théâtre Mariinsky, s'est refroidi chez lui.

La Connaissance avec Ravelem a agité le projet ancien du grand maître de ballet. Est né une des expressions supérieures du génie Maurice Ravelja, le ballet "-р¶эшё et +ыю ". Le souffle du vent parfumé dans les bois de myrte; les adolescents et les jeunes filles qui sont venues à la grotte-autel du Seigneur; la rencontre de Dafnisa et Hloi; les compétitions dans la danse du bouvier grossier Dorkona avec Dafnisom, quelle danse apollonicheski est parfaite; l'enlèvement d'Hloi par les pirates; otchajan'e, la colère, les sanglots, la supplication de Dafnisa tourné au ciel; le signe prophétique des dieux qui ont entendu la voix de Dafnisa; les éclairs, le grondement souterrain, terrifiant les pirates; la libération admirable d'Hloi et son retour intact chez Dafnisu - voici les épisodes du roman antique de Longa, ou Longusa qui sont devenu la musique le genre de Ravel' de qui a défini comme "§юЁхюуЁр¶шёхёъѕ¦ la symphonie à trois ёрё= §".

< nous revenons - est lu plus loin >