Principal cтраница Principal cтраница
Principal cтраница
Principal cтраница
Principal cтраница

Principal cтраница
Principal cтраница Principal cтраница Principal cтраница Principal cтраница

George Enescu / George Enesku (la partie III)

Dans la communauté avec le connaisseur visible de l'antiquité par Edmonom Fleggom, la personne octroyée du talent littéraire, Enesku vient à une nouvelle conception courageuse de la tragédie du roi Edipa : la Personne résiste aux forces implacables du sort. Le travail sur le libretto pour plusieurs années était interrompu par la première guerre mondiale. Mais le procès vynashivanija du projet allait petit à petit dans le laboratoire créateur du compositeur. Il a été affirmé dans quelques principes les plus importants, à qui on donne les contours précis des formules : "¤хЁтюх : tout doit avancer! Ni le pathétique, ni les répétitions, les paroles inutiles; l'action doit se développer vite. Deuxième - le public ne doit pas s'ennuyer. Cela, d'ailleurs, la conséquence du premier. Troisième : l'auditeur doit comprendre le texte. Je suis persuadé qu'à l'opéra marchent non pour écouter la musique. Le drame lyrique réussi doit posséder l'action intelligible et =хъё=юь".

Dans la dramaturgie "¦фшяр" on utilise deux tragédies de Sofokl : "¦фшя чрЁі" et "¦фшя à -юыюэх". Quand se sont réalisés, contrairement à la volonté d'Edipa, l'ordre du sort - Edip est devenu l'assassin du père et le mari de la mère Iokasty, celle-là s'est suicidée, mais Edip a crevé à lui-même les yeux, - il a trouvé dans lui-même les forces à partir de Thèbes et, en s'appuyant sur l'épaule de la fille d'Antigone, s'est dirigé à Attiku. Ici, à la ville de Kolon, viendront fivantsy le demander de revenir à Thèbes. Mais il restera à Kolone, où mourra, pardonné et aimé par les gens qui ont compris toute l'inexorabilité du sort et la grandeur de la Personne. La dernière réplique du choeur éclaire et confirme l'idée principale : "Рёрё=ышт celui-là, quelle âme ёшё=р".

La Musique "¦фшяр" frappe tragedijnoj par la force, la profondeur de la conception des sentiments et les émotions des héros plongés au gouffre des désastres. Dans les lyrics on utilise une large amplitude des possibilités expressives de la voix : du mot prononcé, les mots, "яюфётхёхээюую" par les modulations sinistre chetvertitonovyh des intonations, kantilennoj les lignes jusqu'aux stratifications puissantes sonores du choeur.

Le 10 mars 1936 à parisien le Grand d'Espagne l'Opéra avait lieu la répétition générale ouverte "¦фшяр" le 13 mars - le Premier. Philipppe Gober qui a passé près de vingt un seulement d'orchestre répétition dirigeait. Dans le rôle d'Edipa Andre Perne, l'acteur excellent d'opéra s'est produit. Enesku rêvait d'un autre interprète, sur Shaljapine. Mais un grand chanteur vivant les dernières années de la vie, ne pas surmonter était déjà une telle tâche grandiose …

Après la première sur Enesku s'est écroulée l'avalanche des critiques. Écrivaient non seulement les critiques éminents de la France. Les hommes de lettres, les compositeurs, les poètes, les plus grands musiciens, scientifique, les musicologues écrivaient. Il est frappant que dans un tel raznogolosom le choeur il n'y avait pas aucune dissonance. Et par la suite les rappels sur "¦фшях" étaient aussi exalté. Voici l'extrait bref de l'article d'Arthur Oneggera, écrit presque vingt ans après après la première : "¤хЁхф par nous l'oeuvre principale d'un des plus grands maîtres. Il peut subir la comparaison avec les sommets de l'art d'opéra. Cette partition est aussi éloignée de la production des épigones de Vagnera, comme des imitations de Debjussi ou Puchchini. Cette oeuvre absolument originale, complet saisissant dramatique ёшы№".

La Fin de 30 années - la ligne saturée dans la vie d'Enesku : les concerts, le voyage d'un bout à l'autre l'Europe, les tournées en Amérique, la rencontre avec les amis et les nouvelles connaissances, les nouvelles compositions, les projets.

Dans ces années difficiles à l'Europe d'Enesku n'était pas l'observateur impartial. Quand contre l'Espagne républicaine se sont unies les forces intérieures et extérieures du fascisme, il a occupé la position claire civile. Le 9 décembre 1937 ensemble avec l'ami Pablo Kazal'som, un grand musicien-Espagnol, Enesku a donné le concert au profit du fonds de l'Espagne républicaine.

Cette position civile n'était pas accidentelle. Quand après des ans, la date historique de la libération de la Roumanie de la dictature fasciste d'Antonesku est arrivée, George Enesku s'est levé pour le pupitre de chef d'orchestre et le 15 et 22 octobre 1944 a donné deux concerts en l'honneur de l'Armée Soviétique. Le 25 novembre il était élu le président de la section musicale de la société des échanges culturels de la Roumanie et l'URSS.

Est mort Enesku à Paris dans la nuit au 4 mai 1955.

À la dernière page du livre des souvenirs d'Enesku écrivait : "-юэёр  la confession, j'ajouterai seulement le suivant : à la vie je ne cherchais pas ni la gloire, ni les récompenses. Dans l'enfance les parents nous offrent le cercle. Quand nous augmentons, la femme met à nous l'alliance d'or. Plus tard pour nous consoler dans la vieillesse, les amis nous présente la couronne de laurier. Toute cela les colifichets uns seuls. D'eux j'étais attirée seulement par l'alliance.

Voici et la fin...

Cette nouvelle commencée là, loin, dans la steppe moldave, s'achève ici, au centre de Paris.

Pour que de mon village natal venir à cette grande ville, où s'achève ma carrière, j'allais longtemps par le chemin poussiéreux entre les arbres partant à beskrajnjuju le lointain. C'était, absolument, la voie lointaine. Par quel court lui à moi яюърчрыё ".

...segodnja sur une des plus belles places de Bucarest, devant le bâtiment de la société philarmonique Roumaine du nom George Enesku, s'élève le monument, vozdvignutyj par le pouvoir national au musicien national.

Ici, vers le monument solennel, les vents dénoncent des vallées des rivières roumaines, des steppes et les champs, des pentes boisées de montagnes de la ballade, la chanson et dojny, peut être même qu'aux années lointaines de l'enfance ont enchanté George Enesku et lui ont indiqué la voie à l'immortalité.

< nous revenons